GMG AM NEWSLETTER – Q3 2021

Headlines

  • Nos mandats diversifiés progressent de plus de +8% et surperforment leur indice de référence
    Notre gestion diversifiée de nos mandats progresse de plus de +8.4% sur les 9 premiers mois de l’année. Cette performance, supérieure de +3.2% celle de l’indice LPP40, s’explique par une surpondération en actions mais également par notre sélection des valeurs dans l’immobilier et par une duration plus courte sur la partie obligataire.

Source: GMG Asset Management SA, Bloomberg data as at 11/10/2021. The products or services mentioned are provided as general information only and are not intended to provide investment advice or constitute a direct solicitation on the provisions of investments services. Past performance does not necessarily predict or guarantee future results.

  • La volatilité augmente sur les actions
    Le marché suisse des actions (SPI) a reculé de -2% au cours du dernier trimestre. Une augmentation de la volatilité a été constatée sur les marchés boursiers par l’arrivée de certains éléments perturbateurs à savoir l’augmentation des risques géopolitiques, la hausse des matières premières provoquant une augmentation des risques inflationnistes et des taux, le resserrement des conditions monétaires de certaines banques centrales. Toutefois, malgré cette augmentation de la volatilité, notre gestion en actions suisses « large Caps » est en hausse de +13.2% au 30 septembre 2021, surperformant légèrement le SPI grâce à notre sélection de valeurs.
  • L’économie ne se serait peut-être pas mieux portée sans le covid
    Cet article rédigé par Jean-Louis Richard, Analyste-Gérant Senior, GMG Asset Management, revient sur les excellents résultats publiés par de nombreuses entreprises suisses et se demande si l’économie n’est pas entrée dans un nouveau cycle de croissance grâce aux relances conjoncturelles massives engagées par les Etats. Lire l’article sur Le Temps »

Commentaire trimestriel Q3 2021

Économie mondiale
Le pic d’inflation s’est prolongé au troisième trimestre dans un contexte de forte activité économique et de goulots d’étranglement de l’offre qui pourraient gêner les entreprises tout au long du second semestre. Le PIB a dépassé son niveau pré-pandémique aux États-Unis et s’en approche en Europe. Par conséquent, les banques centrales devraient se resserrer plus tôt. Aux États-Unis, la Fed a indiqué que sa première hausse des taux d’intérêt devrait intervenir en 2022 plutôt qu’en 2023. En Europe, la BCE a fait savoir qu’elle ne relèverait son taux d’intérêt que lorsque l’inflation se serait établie autour de 2 %. Auparavant, la banque centrale visait à maintenir l’inflation à moins de 2,0 %. En septembre, les marchés ont été secoués par la menace qu’Evergrande, un promoteur immobilier chinois, fasse défaut sur son énorme dette de 300 milliards USD.

Marchés des actions
Après avoir augmenté en juillet et en août, les actions ont chuté en septembre. Pour le trimestre, le marché suisse (indice SPI) a couvert -2,0% de baisse. Les petites capitalisations ont été mieux loties, l’indice SPIEX n’ayant perdu que -0,4%. Malgré les lourdes pondérations des valeurs défensives, le marché suisse a sous-performé ses homologues européens et américains. Le Stoxx 600 n’a perdu que -0,5% de sa valeur et le SP 500 a gagné +1,5% au troisième trimestre en francs.

Taux d’intérêt et obligations
Malgré un mois de septembre très négatif, les indices obligataires sont restés à peu près stables sur le trimestre. Les rendements souverains à 10 ans sont restés négatifs en Suisse et dans la zone euro, respectivement à -0,16% et -0,20%. Ils ont terminé le trimestre à +1,49% aux Etats-Unis.

Taux de change
La valeur du franc suisse par rapport à un panier de devises étrangères a peu varié au cours du trimestre. L’euro et la livre sterling ont reculé de -1,7% et -1,9% respectivement, mais le dollar et le yen ont gagné +0,7% et +0,6% respectivement.


Perspectives

evergrande

Les perspectives de croissance économique mondiale ont atteint leur pic durant le 2ème trimestre. En effet, la résurgence de mesures de lutte contre la pandémie dans certaines régions du globe associée avec des problèmes de capacités dans la production industrielle ont entravé la reprise mondiale au cours du 3ème trimestre.

Par conséquent, la reprise économique pourrait donc être plus faible que prévue en 2021 et être décalée sur 2022 grâce la résorption des goulots d’étranglements qui freinent l’activité économique.

Toutefois, bien qu’à un rythme plus lent, cette croissance reste soutenue et contribue à l’accélération de l’inflation. En effet, la pénurie de certains composants, comme les semi-conducteurs, ou encore la hausse des prix des matières premières entrainent une poussée inflationniste. Pour y remédier, certaines banques centrales ont déjà resserré leur politique monétaire comme celle du Canada ou d’Angleterre avec des réductions de leur programme d’achat d’actifs et le Brésil, la Russie et le Mexique ou encore la Norvège ont augmenté leurs taux directeurs. Enfin, lors de la dernière réunion du FOMC, le ton est devenu plus « hawkish » avec une réduction programmée des rachats de la part de la FED. Ces différents éléments ont entrainé une réaction haussière assez vive sur les échéances longues des taux obligataires.

Au cours du 3ème trimestre, nous avons assisté à une augmentation de la volatilité sur les actions. En effet, nous avons observé une continuation du mouvement haussier durant l’été (Juillet-Août) mais la baisse du mois de septembre nous a fait perdre pratiquement l’ensemble de la hausse de l’été.

Cette correction du mois de septembre provient de la combinaison d’effets négatifs, notamment des risques géopolitiques croissants, des durcissements réglementaires en Chine, de la hausse des matières premières provoquant une augmentation des risques inflationnistes et une pentification de la courbe des taux. En outre, la potentielle faillite du géant immobilier Evergrande a ajouté à l’ambiance négative. Par ailleurs, grâce aux bons résultats des sociétés, les marchés étaient à des niveaux records, donnant ainsi l’occasion aux investisseurs de prendre certains profits.

Au niveau des performances par classe d’actifs sur les trois derniers mois, les actions sont stables avec le Msci World (en monnaies locales) qui reste pratiquement inchangé. Toutefois, des disparités importantes sont constatées comme le Msci Japan qui progresse de +5.1% alors que le Msci China est en recul de -17.9%. Dans le même temps, les rendements obligataires ont progressé sur la période du fait de l’augmentation des risques inflationnistes, impactant négativement les performances obligataires. L’immobilier s’est avéré très résilient avec une performance de -0.3%.

Comme attendu, le niveau de volatilité s’est apprécié sur les différentes classes d’actifs. En effet, le système est en train de se gripper par des problèmes d’approvisionnement combiné avec une politique monétaire moins accommodante, provoquant une correction des marchés actions au mois de septembre.

Néanmoins, en 2021, la performance des marchés actions a reflété l’excellente dynamique des révisions bénéficiaires. Les bénéfices des entreprises des marchés développés ont connu une reprise impressionnante après la récession de l’année dernière et, pour certaines sociétés, les chiffres d’affaires dépassent les niveaux d’avant pandémie. Les entreprises devraient encore en bénéficier tout au long de l’année 2021 mais dorénavant les investisseurs se concentreront sur les perspectives et les marges bénéficiaires.

Ces marges bénéficiaires vont-elles être comprimées par les pénuries de main-d’œuvre et la hausse des coûts des matières premières, ou les entreprises vont-elles accroître leur productivité et maintenir la croissance de leurs bénéfices ?

Pour l’instant, la plupart des entreprises mentionnent une capacité à répercuter la hausse de leurs coûts à leurs clients finaux car ces derniers doivent reconstituer leurs stocks. Contrairement aux crises pétrolières de 1973 et 1980, la hausse des prix est le reflet d’une forte demande dans un contexte d’offre limitée et n’est pas exogène.

A plus long terme, l’optimisme reste de mise. Nous assistons à un boom des dépenses d’investissement, ce qui est très positif pour les actions. Les actifs à risque sur les marchés développés restent donc intéressants à long terme.

Au niveau économique, nous anticipons un retour vers un niveau de croissance avec sa tendance à long terme pour 2022/23 soutenu par des politiques monétaires et fiscales toujours souples mais en retrait progressif, et une réouverture graduelle de l’économie mondiale. Toutefois, le niveau d’inflation risque d’être supérieur aux prévisions, soutenu par la hausse des matières premières, la baisse du taux d’épargne de ménages et par les goulots d’étranglement dans les chaines de production.

Dans ce contexte, nous maintenons notre approche de construction de portefeuille qui privilégie les actions de qualité tout en conservant une sous-pondération dans les obligations et un poids neutre dans la part immobilière.

Télécharger le PDF » [1.7 MB]


Liens Directs


Disclaimer

1. What is this document?
The document is a document prepared and published by GMG Asset Management (“GMG”), a Swiss financial intermediary, member of the Swiss Association of Asset Managers (SAAM), a Self-Regulatory Organisation (“SRO”) authorized by FINMA, or its affiliates (the “Document”). The Document is for information purposes only. It is intended to provide general comments on the economic environment, challenges and events that occurred during the previous month or otherwise stated period. Nothing contained in the Document constitutes a solicitation, offer, recommendation, or investment advice to inter alia buy or sell any investment instrument, give effect to any transaction, or to conclude any legal act of any kind whatsoever. This Document alone is not intended to form the basis for an investment decision, or to replace any due diligence or analytical work required by you in making an investment decision. For further important information about this document, please refer to point 4.

2. Restrictions to access
The Document is for distribution only under such circumstances as may be permitted by applicable law. In particular, this Document is not intended and shall not be distributed to:

-US persons and must not be distributed in the USA, or
-In any jurisdiction where its distribution may be restricted by laws applicable to this or similar types of documents.

Persons who receive this Document should make themselves aware of and adhere to any such restrictions.

3. Figures and data
This Document contains figures and data obtained from sources which we believe to be reliable but are not guaranteed by us and may be incomplete and may be subject to change without notice.

GMG cannot assume responsibility for the quality, correctness, timeliness or completeness of the information contained in this document.

4. Important information
No independent financial analysis: This Document is not considered as an independent financial research product under Swiss laws and regulations, in particular the directives on the Independence of Financial Research issued by the Swiss Bankers Association (SBA) (the “Directives”) and consequently this Document is not governed by the Directives to the publication and distribution of independent financial research reports, including relevant restrictions or required disclosures.

No investment recommendation: This Document does not constitute and does not contain information recommending or suggesting an investment strategy, explicitly or implicitly, concerning one or several financial instruments or the issuers, including any opinion as to the present or future value or price of such instruments. This Document does not contain recommendations to the general public about financial instruments nor should it be considered as a preparatory act to the provision of an investment service or carrying out of an investment activity.

No investment advice and no personal recommendation: This document is not and does not contain investment advice and/or personal recommendations. In particular, nothing contained in this Document may be considered as a recommendation that is made to a person in his capacity as an investor or potential investor, or in his capacity as an agent for an investor or potential investor, that is suitable or appropriate to a recipient’s individual circumstances. Nothing contained in this document may be considered as an invitation, or suggestion, or recommendation or equivalent to:
-Buy, sell, subscribe to, exchange, redeem, hold or underwrite a particular financial instrument; or
-Exercise or not to exercise any right conferred by a particular financial instrument to buy, sell, subscribe to, exchange, or redeem a financial instrument. No offer and/or placement of financial instruments: The opinions expressed in this document are based upon the author(s) analysis and interpretation of these particulars and are not to be construed as an invitation, solicitation or offer to buy, sell or place financial instruments.

5. Copyright
This document may not be reproduced in whole or in part, or further distributed or published or referred to in any manner whatsoever, nor may the information, opinions or conclusions contained in it be referred to without in each case the prior express written consent of GMG.